mercredi 31 août 2011

Fwd: [TEV] Compte rendu Stage d'été


Voyage sans problème, arrivée sans problème à 21h30, montage du camp en 18 minutes record battu.

les photos sont disponibles sous : https://picasaweb.google.com/tevives/Ete2011BrianconnaisIsere?authuser=0&authkey=Gv1sRgCNe5ueXD0P6nWw&feat=directlink

J1 : descente de la combe de Villevieille par niveau moyen. Il ne s'est rien passé de particulier. Enchaînement jusqu'à château Queyras. Après midi, pont de la Chapelue jusqu'au drossage avec sortie des bateaux à la corde. Puis bas Guil. Les rapides sont descendus sans encombre. Oh surprise nous arrivons dans un lac. Le beau « S » du bas a disparu. Une coulée de boue a modifié sérieusement le lit de la rivière. A la place, on découvre un immense toboggan qui nous amène jusqu'au dernier rapide.

Arrivée d'Yvon le soir qui vient renforcer notre équipe.

Niveau d'eau de 48


J2 : Combe de Villevieille en toutes petites eaux pour tout le monde. Bertrand ouvre le compteur des bains. Combe de château Queyras. Antoine expérimente la douleur d'un rapide sur les fesses. Christophe rattrape et dépasse Antoine et Bertrand dans la compétition des bains en effectuant un doublé exceptionnel à la sortie de la combe.

Après midi, petit comité sur la combe de l'ange gardien. Très belle descente par un niveau d'eau idéal. Pas de mauvaise aventure. Pour finir la session, pont de la Chapelue jusqu'au drossage pour tous.

Niveau 44


J3 : L'escalator magique fait office de petit dej' en comité réduit sur la section drossage- infran du tunnel. Un ti' portage, les rapides sont forts mais francs.

On aime le pont de la Chapelue et on remet ça sous une pluie battante. L'eau a monté, un peu moins de cailloux ->  navigation sympathique.

Niveau 48


J4 : Ubaye's day. Grand soleil mais l'Ubaye est à 25 m3 avec des eaux grises. Nous renonçons aux infrans du haut pour ne pas rayer les jolis Jacksons. On embarque tous au Martinet (sauf Bernadette et Jp pour manip' et François Jackson qui a choppé une sinusite) pour une magnifique descente. Christophe accentue son avance avec brio lors d'un jumping cartwheel pour la course au bain ! Au retour nous espérons faire la triple chute. Au grand désespoir de la jeunesse, nous renonçons à celle-ci pour cause de niveau d'eau trop fort (ndlr : sois disant...). Nous enchaînons sous la triple chute jusqu'au drossage. Les Points nous quittent le soir après nous avoir offert un repas gastronomique.


J5 : pliage du camp. Comme d'hab, pliage du camp express pour 9h30 direction la basse Guisane. Sur la route un menhir se jette sous la roue de la remorque et détruit la jante. La pluie se met à tomber drue. Les fins pagayeurs embarquent à Saint Chaffrey sur une Guisane survitaminée. La descente se passe bien avec une sécu au milieu. Heureusement zéro bain, pas de mauvaise aventure (pas d'apéro…). Route jusqu'à bourg saint Maurice. Montage du camp à la base d'eau vive.


J6 : Stade d'eau vive. Bain de Christophe et passe à 4. Navigation sur la partie nationale pour tout le monde. Marc et Yves s'aventurent sur la partie la plus haute. Premier coup de pagaie pour Marc et esquimautage. Départ l'après midi du stage d'eau vive direction les rapides d'Aime. A 20 m3 c'est rigolo.


J7 : Aime à 20m3, pique-nique. Nous décidons de refaire les rapide d'Aime pour tout le monde à plus faibles eaux. Nous finissons sur Centron en laissant l'eau nous rattraper. La gorge de la pucelle est magnifique. La navigation est variée, les rapides volumineux mais francs n'entraînent pas de bains. Les vagues sous le pont de l'autoroute sous très belles. Patrick signal à Marc que nous allons manquer d'apéro faute de bain. Marco est missionné pour y remédié avec le concours de Bertrand (toujours partant). Objectif atteint, Bertrand fait glouglou deux fois en 15 minutes dans le bassin (notons le combat acharné des maîtres nageurs en eau vive, la première place est disputée).


J8 : Direction le Doron de Bozel. Les très fines pagaies embarquent à l'usine EDF et traversent sans encombre Bride les Bains sous la surveillance avisée du reste du groupe et enchaîne sur la partie basse pour une reconnaissance. Le reste des troupes après un pique-nique à la base de raft embarque à partir de la piscine. Bertrand, outsider, inscrit un doublé (dont un joli bac à la corde) en l'espace de 200m et relègue par le même coup Christophe à la deuxième place. Yves embraye et dessale dans le rapide de la déchetterie.

Nous repartons sur la machine à couper le jambon et les moutons d'Aime jusqu'à Centron. Bernadette descend cette section pour la première fois et ceci avec succès.


J9 : C'est le jour du duel final. L'explication Christophe Bertrand. Journée décevante sur ce point puisque aucun des candidats ne marquera de point. Alan profite de l'open bassin pour se faire rouster. A midi Antoine lance une idée folle : effectuer l'intégrüle de l'Isère du haut du bassin jusqu'à Centron. Cet alors que l'initiateur du projet se gaufre au 4e seuil sous le pont maudit. Un java s'en trouve écorné, mais show must go on, la descente continue jusqu'à ce que Youenn s'adonne à un peu de brasse après quelques mètres en mode sous marin dans le rapide des vignes. Christophe brise sa pagaie en faisant une reprise (n'achetez plus de Robson, 6e qui nous lâche en 2 ans). 22 km sont effectués en moins de 3h. Les teviens ont la patate.


Conclusion : Belle croisière avec de belles eaux dû à une météo mitigée.


Trophée des dessalés.  :

1er : Bertrand avec 5 bains.

2e : Christophe avec 4 bains

3e : Antoine avec 2 bains.

4e : Alan avec 1 bain

4e : Youenn avec 1 bain

4e : Yves avec 1 bain


Trophée du meilleur cuisto.

Impossible de se départager. Le niveau était remarquablement haut.


Trophée du cadet :

1er : Youenn redonne la liberté a son gilet. Il court toujours dans la nature.

2e : Jérôme et François loupent leur navette pour le haut du Doron.


Trophée meilleur conducteur :

Patrick sans concurrent (roue explosée et dos d'âne façon montagne russe).


Trophée meilleur plongeur vaisselle.

Meilleur plongeur est une plongeuse. Notre présidente s'empare de la première place et prépare la relève. Des dispositions seront bientôt prises dans ce sens. Note à l'attention des djeuns, la bataille de torchon n'est pas considérée comme travail collectif.


Bilan casse :

Nettement meilleur que dans les pyrénées. Une pointe de Java neuf enfoncé, une pagaie cassée. Une roue cassée. Pas de blessé. Diverses plaies et bosse, rien de bien sérieux.


Bilan financier : 350€ par adulte et 280 pour les djeuns.

Patrick et son comité rédactionnel.


Rando Loire 2011

Randonnée sur la Loire, du 13 au 20 Août 2011.

Toutes nos photos sont sous : http://picasaweb.google.com/tevives/RandoLoireAout2011?authuser=0&feat=directlink

 

Parcours entre Saumur (49) et la mer à Saint Marc/Mer (44), 195 km

8 participants : Marie, Véronique, Cristelle, Bernadette (R1), Jean-Pierre, Marco, Claude, Patrick J.

Prix/ personne : Bouffe + camping + navette train : 133€, transport Bébert 33€

 

Date

Parcours

Camp du soir

km étape

Samedi 13 Août

Saumur -

Ile de Gennes

Bivouac

15 km

Dimanche 14 Août

Ile de Gennes – Rive gauche après Bouchemaine

Bivouac

32 km

Lundi 15 Août

Bouchemaine- Le Fresne / Loire (Ingrandes)

Camping

26 km

Mardi 16 Août

Le Fresne / Loire - Ile neuve (après Ancenis)

Bivouac

24 km

Mercredi 17 Août

Ile neuve - Saint Sébastien /Loire (Nantes)

Bivouac

29 km

Jeudi 18 Août

Saint Sébastien/Loire - Paimboeuf

Camping

44 km

Vendredi 19 Août

Paimboeuf - Saint Marc/Loire (St Nazaire)

Camping

20 km

Samedi 20 Août

Navette en train pour récupérer Bèbert

Retour au club

 

 

Les étapes journalières entre 24 et 32 km étaient un peu courtes pour la partie rivière, car un bon courant (1 à 2 nœuds environ) nous donnait une moyenne élevée, jusqu’à 10km /h. Nous sommes souvent arrivés assez tôt au bivouac.

A noter que l’équipe était très performante sur la logistique, montage et démontage des bivouacs en un tour de main. Lever 8h, départ sur l’eau 9h30.

Les pluies du dimanche 14 et du mercredi 17 ne nous ont pas trop gênés, car elles sont tombées la nuit, ou après le dîner ou pendant la navigation, ce qui n’a pas entraîné de désagrément majeur.

Pour la partie maritime des 3 dernières étapes, nous avons bien géré les problèmes d’horaires et de courants de marée, mais avons été surpris par la vase molle à marée basse, empêchant complètement tout débarquement pour le bivouac. Ce problème de vase nous a amenés à rallonger l’étape 6 pour shunter le bivouac dans l’estuaire après Nantes, soit 7h de navigation, assez galère à la fin, contre vent et courant.

Bref, une belle randonnée qui nous a permis de boucler la totalité du parcours Loire de Saint Galmier près de st Etienne à la mer à Saint Marc sur Mer près de st Nazaire, soit environ 900 km de rivière.

 

 

Détails des étapes :

 

- Samedi 13 Août : RV au club à 9h. Chargement, départ à 9h30 pour Saumur. Arrivée vers 12h à la base nautique de Saumur, sur l’île Milocheau, ou nous laisserons BBR pendant une semaine dans un enclos fermé et surveillé en accord avec le responsable du club de kayak. Pique-nique et premier chargement des kayaks. Premiers coups de pagaie vers 14h. Le courant est vif, le temps gris et doux. Premier arrêt pour visiter la célèbre église romane de Cunault, rive gauche. Après avoir dépassé Gennes vers 16 h, nous cherchons un bivouac sur le bras de gauche de l’île de Gennes. Le premier arrêt est le bon, l’endroit convient à tous, grande plage de sable derrière un rideau de saules. Première soirée de bivouac agréable, poulet au curry, ananas marinés au rhum, beau feu de camp, belle lune à la nuit tombante. Nous préparons le « tarp » en prévision de la pluie prévue demain dimanche.

 

- Dimanche 14 août : La météo ne s’était pas trompée, la pluie est arrivée pendant la nuit, comme nous sommes sur du sable, pas d’inondation des tentes.

Premier petit déjeuner humide sous le tarp, sous un léger crachin, pliage du camp très humide aussi. La Loire est toute embrumée et grise, mais il ne pleut plus à l’embarquement. Descente jusqu’au pont de Saint Mathurin sur Loire, où nous faisons des courses pour le repas du soir. Pas de pluie au pique-nique ni dans la journée. Passage d’un beau rapide au pont des Ponts de Cés ( passage qui paraît-il contient des pieux sur la gauche, nous ne les avons pas vus avec ce niveau d’eau). Recherche assez laborieuse d’un bivouac. Finissons par nous décider pour une belle terrasse herbeuse surplombant la rivière, rive gauche un km après au confluent de la Maine (Bouchemaine). Au dîner, grillade de bœuf et pâtes au pistou, crème Mont-Blanc. La pluie revient après la vaisselle et écourte la veillée autour du feu.

 

- Lundi 15 Août : Grand beau temps, ciel bleu pas un nuage, la Loire est en couleur aujourd’hui. Au programme de la matinée : trouver à manger pour la journée. Premier arrêt à La Possonnière sur les conseils des autochtones. La superette est fermée le Lundi !!! Il est déjà 11h30. Une équipe part rapidement pour Chalonnes, où heureusement Jean-Pierre et Marco trouvent la seule épicerie charcuterie ouverte le 15 Août. Pique-nique très agréable à Chalonnes.

Vers 16h arrêt au camping prévu de Monjean/ Loire qui ne convient pas, portage trop long dans le sable mou. Plus bas nous trouvons un très joli camping à Le Fresne sur Loire, rive droite, juste après Ingrandes. Installation des tentes sur de la belle herbe, baignade des filles dans le rapide du Fresne, Véro se fait chahuter par un tourbillon…le retour sur la berge n’est pas si facile. Nous avons droit aux réflexions des pêcheurs sur le bord «  encore des cons qui vont se baigner là ! je n’irai sûrement pas les repêcher…. »

A dîner : sauté de porc, ratatouille avec les courgettes du jardin Collin. Promenade nocturne dans le village, belles maisons, très peu de magasins. Pour les courses de bouffe, il faudra aller plus loin demain.

 

- Mardi 16 Août :

Encore une très belle journée. Départ sur l’eau vers 10h. Arrêt à Saint Florent Le Vieil pour courses puis promenade dans le village et visite de l’église de l’abbaye perchée sur une falaise en haut du village. Très belle vue sur la Loire de la terrasse de l’église. 

Pique-nique à l’ombre avec vue sur l’abbaye, une vraie carte postale.

Arrêt à Ancenis pour refaire des courses pour le lendemain midi, car nous allons rentrer dans la partie maritime, et il faudra profiter au maximum du courant descendant, et ne pas trop s’arrêter en cours de descente.

Nous cherchons des renseignements sur le décalage des heures de marées par rapport à Saint Nazaire. Les infos sont très différentes selon les personnes interrogées, 1 à 2h selon le club local, 30 minutes selon le barman, et 3h selon un marin du port à bord de son bateau. Nous ferons confiance à ce dernier et vérifierons ce soir au bivouac.

Vers 17h recherche du bivouac, que nous trouverons assez facilement cette fois, sur une plage rive droite, 4 km après Ancenis. Finalement c’est un bivouac de rêve, pas de portage, plage tranquille pour se baigner, car il fait toujours chaud. La soirée sera pleine de surprises, montée des eaux d’environ 1m, qui finira par nous entourer complètement. Coucher de soleil flamboyant, puis lune presque pleine. J’ai oublié le délicieux repas, avec jardinière de légumes maison, saucisses grillées, et compote de pommes maison.

 

- Mercredi 17 Août

Beau lever de soleil vu par Marco vers 5h30. A 8h le ciel se couvre au sud. Partons à la marée haute vers 10h, le courant descendant se renforce au cours de la matinée. Pique nique rive gauche sur un terre plein pavé. Premier débarquement sur une jetée qui est couverte d’une bonne couche de vase fine et grasse, nous sommes à mi-marée. Nous ne nous éternisons pas au pique nique, car il nous faut trouver un arrêt pour acheter le repas du soir. Nous devons nous arrêter à Thouaré, mais le bras droit de Loire n’est plus navigable après la mi-marée. Cherchons alors un lieu de bivouac sur l’île du Héron avant Nantes. Marco se dévoue pour le repérage d’une grande prairie sur l’île, mais la vase est profonde et le débarquement est impraticable pour le portage des kayaks. Nous repartons, sous une pluie d’orage très violente, en quête d’un débarquement possible du côté de Saint Sébastien sur Loire au sud de Nantes. Euréka !!!! une rampe assez raide en ciment semble praticable, Cristelle descend voir nous apprend que c’est tout bon. En fait nous débarquons dans un parc municipal très tranquille car il vient de pleuvoir. Nous effrayons un peu une brave dame venue promener son chien, des hommes à moitié nus sur la berge !!!! la présence des filles la rassure un peu. Après quelques paroles échangées elle s’apprivoise, et nous donne les infos sur sa ville, où sont les magasins, l’eau, les toilettes etc.

Courses au Super U à 10 minutes, pour le soir et le lendemain. Le menu du soir sera original : moules marinières, puis tarte aux framboises pour l’anniversaire de Bernadette, avec 9 bougies, devinez l’âge de la prèze???

 

- Jeudi 18 Août

Le temps est gris, nous quittons le camp à 9h 45, à marée haute, pour profiter au maximum du courant descendant pour cette étape qui sera longue, puisque nous projetons d’aller jusqu’à Paimboeuf où le débarquement est possible au niveau du camping. Passons par le centre de Nantes sur le bras de droite de l’île Beaulieu, le bruit, la circulation et l’activité sont intenses. Le courant se renforce peu à peu en arrivant dans la zone portuaire. Nous passons près d’un trois-mats puis près d’un porte-containers. Le courant devient très fort, de 5 à 6 nœuds, à partir du pont de Cheviré, il faut faire attention et bien anticiper la dérive.

Au niveau de la commune d’Indre, Patrick fait une rencontre brutale avec l’arrière d’un bac, c’est son bras qui prend le choc, et il dessale. Damned !!!! avec ce courant la récupération aurait pu être problématique. Heureusement Marie récupère le nageur rapidement et Marc le bateau. Bravo à la rapidité d’intervention des sauveteurs. Patrick est un peu choqué. Le reste du groupe, qui était devant et se posait des questions sur les retardataires, décide de s’arrêter pour les attendre et préparer le pique-nique. Le ponton de Couéron un peu en dehors du courant semble convenir. Débarquement encore problématique à cause de la vase, Jean-Pierre trouve une cale en dur, juste couverte de 10 cm de vase, après ce qu’on a connu c’est le pied !!!!

Le soleil revient, pique nique agréable, Patrick se ravigote.

Nous repartons sur l’eau assez vite car il ne faut pas traîner. Le fort courant nous entraîne rapidement jusqu’à Cordemais. La rive droite est assez industrielle, et la rive gauche marécageuse avec des roseaux et de la tourbe, le paysage de l’estuaire est très différent de la partie rivière avant Nantes.

A Cordemais, le courant ralentit, s’annulent une petite demi-heure, puis s’inverse. Nous voyons nettement la pointe boisée de Paimboeuf à une dizaine de km. Les deux dernières heures seront difficiles car en plus du courant contraire, nous avons un bon vent dans le nez !!!!! Il faut vraiment raser la berge pour avoir le moins de courant possible.

Après 7h de navigation nous arrivons à Paimboeuf , mais le camping est juste un peu plus loin…..courage !!

Portage un peu long mais les chariots sont très appréciés. Le camping est agréable, ainsi que le cassoulet de Castelnaudary que nous prépare Patrick. Après le dîner nous partons à la recherche d’un bistrot dans le bourg . Tout est fermé ! la balade nous permet d’admirer les éclairages de Donges sur la rive en face, le terminal pétrolier ressemble à un immense sapin de Noël, étonnant et superbe.

- Vendredi 19 Août

Dernier jour de navigation, temps superbe, le ciel est bleu et le vent faible. Dans cette partie où l’estuaire s’élargit, le courant descendant est toujours présent mais nettement plus faible qu’hier. Navigation tranquille jusqu’au pont de Saint Nazaire. La rive droite est très industrielle. Nous passons tout près du gros paquebot en construction, plus grand qu’un immeuble ! puis devant la base sous-marine, puis le long du port. Le trafic des navires est faible.

Pique-nique agréable après la plage de Saint Nazaire, où nous retrouvons le sable.

Derniers coups de pagaies pour rejoindre Saint Marc/Mer, notre point d’arrivée de la randonnée. Long chariotage pour rejoindre le camping. Le choc du retour à la civilisation au camping « Yukaidi » est dur. Nous avons deux emplacements, pas très propres et séparés, avec des contraintes de nombre de tentes et de personnes par emplacement. Après discussion, nous nous plierons aux règles en vigueur, sans en réclamer plus aux hôtesses un peu débordées.

Dîner au resto. Bouffe correcte sans plus, un peu moins même pour certains, attente  très longue pour les moules, puis pour le crumble…..

 

-         Samedi 20 Août

 

Marc se dévoue pour faire la navette en train. Tout se passe bien pour l’aller, mais au retour il est bloqué une heure dans les bouchons de Nantes, par forte chaleur. Au camping, nous rangeons, nettoyons et séchons le matériel. Petite marche à pied par le chemin côtier, en kayak pour Marie et dernier bain de mer pour les filles.

Retour à Tizé à 18h.

 

          

Arrêt à la plage devant Cunault             La Loire en couleur, après Bouchemaine

 
Toutes nos photos sont sous : http://picasaweb.google.com/tevives/RandoLoireAout2011?authuser=0&feat=directlink


 

 

 

lundi 22 août 2011

CR Chausey 21 8 11

Bravo aux randonneurs de la Loire, nous avons hâte de lire votre Cr et de voir vos photos.
 
Quant à nous, c-a-d Hélène, Didier, Bertrand, Jean et mézigue avons fait une petite virée très tranquille à Chausey.
Nous avons innové en partant de Donville où il y a une belle cale qui s'avance au milieu de la plage : avantage, on évite le dernier KM sous la pointe du Roc et la jetée de Granville qui on pu nous paraître interminables certains retours; inconvénients, le stationnement n'est pas évident et en cas de grosse houle le débarquement peut être chaude sur cette plage plein ouest.
Premier coup de pagaie 15h30 (PM+4) nous profitons des derniers courants et de la pétole pour expédier Donville Ancre, 16 km en 2 H sans vraiment se fouler.
Repérage du bivouac où nous trouvons un groupe de Lannion + Goélo de 11 pagayeurs qui relâche avant d'aller aux Minquiers.
Nous entamons un tour de Grande île mais les mimiques de Didier qui a la philanthropie de l'ouvrier charpentier nous font couper par le sound et rejoindre notre bivouac vers 19h.Le temps s'est couvert.
Montage du camp réchauffage de l'excellent frichti de Hélène venu tout prêt en cocotte minute. Promenade nocturne, discussion avec les voisins. Dodo, 22h, bain de minuit pour certain.
Lever 7h30, petit déjeuner. repromenade diurne. Le temps est tjrs bouché. Certains regrettent d'avoir cru que la canicule sévirait à Chausey.......
Premier coup de pagaie  9h05, retour très agréable downwind poussés par un gentil vent de F3 et une petite houle.
Hélène, très motivée se prête à un exercice en pleine mer. Arrivée Donville 11h25, baignade pour certains.
Chargement, restau très sympa à Jullouville et retour en touriste par la côte jusqu'au Grouin du Sud où nous réfléchissons à de futures nav ds le secteur.
Retour club 16h  nettoyage du matos et adieux jusqu'à la prochaine.
 
Patrick