mardi 27 avril 2010

Croisière de paques 2010 : le sud du sud

Cette année TEV voulait tester de nouvelles saveurs en allant gouter le Corbière et la blanquette de Limoux.

Nous nous somme donc rendus sur la Têt abec un joli camping au pied du Canigou a Espara de conflent. Malgré de très petit niveau nous avons tenu a mouiller nos bateau sur la têt sur la section en Amont de VilleFranche de Conflens et surtout sur les gorges de la Quillera autour de Rodes: Superbes gorges surplombées par un sentier !! . En plus elles se terminent par un passage en tunnel.

Magique autant que la navette parmi les pêchers en fleurs sur fond de Canigou.

Le manque d'eau nous nous incite à demanger sur l'Aude sans aller voir le Tech, ce n'est que partie remise.

Sur l'Aude nous retrouvons une rivière bien en eau avec 2 sections : la section des gorges de St georges est un joli III avec un petit esclalator magique qui se révelera plein de surprises, le Défilé de Pierre Lys est lui IV avec nottament le Trou du curé et le Déssert : 2 rapides assez velu.

Notre premier passage du Trou du Curé nous a quand même valu 5 bains !!!

 

La relative fraicheur freinant la fonte de neiges, nous avons fini la semaine sur l'aude, enchainant les sections avec tout l'équipe.

Cette croisère "Rivières nouvelles" s'est soldé par le 're'découverte de 2 rivières et surtout par la confirmation du niveau technique de notre jeune équipe : Jérome, Axel, François et Pierre prennent du galon rapidement.

 

 

les photos de cette semaine Pyrénennes sont sur http://picasaweb.google.fr/tevives/PyreneesOrientales et http://picasaweb.google.fr/jeanpierre.ducouret/LaTetMars2010#

 

lundi 5 avril 2010

TR: [TEV] Envoi d'un message : rouzic, Go to 7 iles

5 pagayeurs 380 km dans mon camion.
 
présents : Jean, Didier, Fred, Greg, moi
 
Ce lundi de pâques, nous sommes 5 à nous retrouver sur le parking de l'île Renote pour profiter de la fenêtre météo (vent de sud , sud Ouest 3/4) pour aller chatouiller les 7 îles. Baptiste, le castelbourgeois est resté coincé dans les bras de sa blonde ou de Morphée et Philippe lonesome paddler a décliné mon offre de K2 pour ménager une côte cassée.
Premier coup de pagaie à 10 h 28, le temps est superbe. Regroupement pour observer les conditions à la pointe de l'île renote. Visi extra, il y a une houle orientée N/O d'environ 2 m  assez molle dans le chenal. Nous attaquons la traversée à 10 h 40  poussés par le vent qui lève une micro houle de S/SO. On accroche des petits surfs qui nous propulsent à un rythme de merathonien. L'arrivée sous l'île au moines est un peu technique à cause du croisement des houles et d'un courant encore assez fort malgré que nous soyons à PM+1. La traversée de 4,37 km est expédiée en 26 mn soit 10km/h de moyenne. Après regroupement à l'abri de l'île plate nous décidons d'en faire le tour en faisant très attention car nous retouvons la houle de 2 m  qui arrive directement sur les brisants. C'est la séquence frisson car 2 m  c'est haut quand ça lève à 3 m  de votre kayak.
Deux petits phoques nous accompagnent sur la fin du tour de l'île plate. Nous arrivons dans le lagon de l'île au moines et tombons sur une colonie d'une vingtaine de phoques qui paressent sur une langue de sable. Nous nous éloignons au plus vite pour montrer que nous ne sommes pas menaçants. Arrêt pique nique surveillés par les phoques gris , montée au fort construit par un disciple de Vauban, Garanjeau, le même qui a fortifié la côte N des Rimains au chateau du taureau. C'était la séquence culturelle. On aurait aussi pu disserter, en ce lundi de Pâques  sur l'expansion  du monachisme médiéval en Bretagne qui avait amené à coloniser terre aussi rude. Nous observons des lapins noirs peu farouches.
Nous remontons dans nos kayaks et décidons d'aller à Ruzic par la route Nord, la plus délicate. C'est un voyage initiatique pour Fred dont c'est la première virée aux 7 îles. Il faut slalomer dans les brisants battus par la houle et faire des gros bacs dans les vagues. L'équipe est solide et expérimentée Rouzic est atteinte sans soucis. C'est toujours une grande émotion. Les fous sont bien présents. C'est la crise du logement, preuve que la colonie se porte bien; certains sont nichés dans les endroits les plus invraisemblables, bienheureux si les petits survivront.... On voit des retardataires avec du goémon dans le bec pour faire leur nid. Où vont-ils se mettre ? Nous voyons aussi un macareux et une bandes de pingouins Torda et des bandes d'huitriers.
A 14 h 52 nous attaquons le retour au 180. le vent de S/O 3/4 nous freine mais limite la dérive et nous arrivons, une fois n'est pas coutume,  à laisser la bouée des Devrinis à notre droite. Nous rejoignons Ploumanac'h en 1 h 30, tatonnons un peu pour trouver la meilleure entrée de l'ile Renote et débarquons vers 16 h 30 fatigués mais heureux.
En y réfléchissant bien, je trouve que les 7 îles, c'est vraiment une des plus chouettes courses de Bretagne on y trouve l'aspect sportif de la traversée, l'aspect frisson, tour de l'île plate et route N( qu'on peut éviter en remontant vers Rouzic par la route S) et l'observation d'une faune très riche (phoques+ gammes très riche d'oiseaux) et tout ça en 1 journée : c'est dingue !
 
Patrick

TR: [TEV] Tro Breizh pascal en solo

8h Vigicrue annonçait un Haut Ellé à 75, il allait faire beau et pas un Tevien pour aller naviguer!! Tant pis, je chargeais le vélo et le Burn S dans l'Espace et en route. à 11h et après  une petite manip vélocypédique j'attaquais un Scorff de toute beauté: belles eaux, pas de cailloux, des primevéres sur les berges et un petit soleil printanier que demandais le peuple. A midi tapante j'étais au grand pont pour constater que l'Ellé flirtait avec le 80, la côte maxi que je m'étais fixée pur une descente en solo. Je cachais ma bécane dans un fourré (j'avais oublié le cadenas) et remontais jusqu'à Barrégant. Au Gîte d'étape un troupeau de Nantais commençait à popoter et déclinait mon offre d'une descente apéritive.
J'embarquais donc seul, très concentré, Le niveau était idéal, de belles veines franches, tous les cailloux recouverts et en même temps pas de stress car ça ne poussait pas trop. Barrégant fut passé sans encombre sous un petit crachin qui rendait l'endroit un peu sévère puis le soleil revint. Un appui profond à la pucelle me permit de rester à l'endroit. Le Burn est un excellent bateau qui exprime tout son potentiel sur ce petit parcours encombré, je me régale. Une pensée pour l'ami Alain en passant les iliaques puis ce fut l'arrivée. La manip du Haut Ellé à Vélo est franchement chiante, la prochaine fois que vous la ferez le cul dans Bébert pensez à moi en remontant au départ: ça grimpe!!
Je récupére le Burn au grand pont et file à Loge coucou ou les nantais doivent venir sur le coup de 14h. IUl est 13h30 et je décide donc d'aller poser l'Espace aux roches et de remonter à loge coucou par la rive droite. ça ne grimpe pas tout le temps mais c'est du genre montagnes russes. A mon retour à 14h 25 toujours pas de nantais. Je "patiente" jusqu'à 14h30 (comme dirait Jean-Pierre) et j'embarque pour une heure de pur bonheur. Beaux rapides, soleil, un niveau d'eau idéal et un passage des roches tranquilou tout à gauche devant quelques  spectateurs esbaudis. Il est 15h30 et je remonte à Loge-coucou récupérer ma bécane avant de revenir à Rennes fissa. C'est p'tét pas bon comme bilan carbone (360km en solo) mais qu'est ce que c'était bon pour le moral.
Tout ça sera encore bon à boire demain.
Joyeuses Pâques et bises à tous, surtout aux filles.
François