mercredi 23 décembre 2009

Le jour le plus court de l'année

 
Ce mardi 22 12 09, 6 courageux ont bravé la froidure pour pagayer en baie de SM.
 
Au menu, Harbour, Cézembre et retour : au final on a même un peu chaud et la lumière était très belle.
Une petite  houle était présente sur la côte N de Cézembre : nous avons bien fait de ne pas tenter les grottes du cap Fréhel.
 
Patrick

 

lundi 21 décembre 2009

bassin 19 12 09

6 courageux ont été au SEV samedi AM.
Dodier et Bernadette ont été s'échauffer en faisant les brise-glace.
Les autres ont tapé ds le dur direct.
Le bassin a été remanié.  La 2ème est sérieuse  et la 3ème vague fait portefeuille qui a été fatal à plusieurs reprises.
Il faudra y faire attention la prochaine fois.
 
 
Patrick

dimanche 13 décembre 2009

séance de samedi matin 12 décembre

2 degrés ce matin, au moment d'embarquer sur le Couesnon du pont de Mézières jusqu'au moulin de Guémain avec Claude, Christelle, Olivier, Caroline, Jean Charles et moi. Descente sans problèmes, nos débutants de l'année prennent de l'assurance et commencent à bien se débrouiller. Juste un dessalage à la fin, au passage de la fameuse glissière à clapets du moulin de Guémain. Des branches d'arbres sont venues malencontreusement à la rencontre de Christelle, et plouf ! Si près du but c'est rageant et Christelle justement rageait...
Départ du club 9h10, retour 13h30, 2 heures de descente sans se presser ni sans trainer.
Daniel

mardi 8 décembre 2009

Rouvre 06 12 2009

6 pagayeurs 20 euros.
Départ tôt : 8 h 15 arrivée Pont huan sous un déluge.
Bernadette se dévoue pour éviter la manip à vélo.
1 arbre en travers en haut du rapide de la forêt; à part ça descente sans encombre avec soleil sur une Rouvre à 145.
Deuxième descente avec Cristelle en manipeuse. La rivière a pris 10 cm en 1 h 30. Le soleil est toujours présent et nous slalomons avec ardeur.
débarquement 15 h far breton fourni par Marc .
Félicitations à Pierre et Cristelle, sans faute pour tous.
Remerciements à JP pour des belles photos que je mets de côté pour le clendrier 2011.
 
Retour club avt 18 h
 

mercredi 11 novembre 2009

Sortie surf Quiberon du 11 Novembre 2009

 Après 2h de route , les vagues nous attendaient sur la grande plage.
Premier coup de pagaie à 11h00, premiére mousse dans les trous de nez à 11h00m0.1s
Belles vagues, qui levaient bien (vent de terre), d'environ 1m
Tout le monde s'en donne a coeur joie, chacun à sa manière . La pause casse-croute vers 13h00 est venue au bon moment pour reposer un peu les bras.
La scéance de l'après midi vit moins de monde et plus de pluie !!!! (je ne vous en dirai rien, j'étais dans le camion au chaud).
Pliage du camp sous une pluie battante (le haut-Ellé !!!) et retour au club à 18h00.
 
Participants : 12 dont 7 jeunes !!!! Prix : 20 € (10€ pour les jeunes)
 


 
 

dimanche 1 novembre 2009

TR: [TEV] cap Fréhel 31 10 09

12 participants 14 euros
 
départ club 12 h 30, jonction avec Gaelle, voiture laissée à Port Géran.
Mise à l'eau à l'avant dernière plage de Pléhérel.
La houle présente dès l'embarquement nous fait remettre les grottes à 1 autre fois.
Le passage du cap s'avère un peu sportif. Nous nous décalons vers l'amas pour être moins secoués.
La jonction cap, fort la latte se fait au large, au surf avec des bonheurs divers.
Sous fort la latte, ça bouge bien. Certains en redemandent.
Le retour sur St Géran se fait courant dans le nez. On navigue alors dans le contre du contre.
 
Retour club 20 h.
 
Une belle AM de bÔ kayak comme on les aime à TEV: un peu de frisson mais pas de galère.
 
 
Patrick
 
A refaire avec moins de houle pour faire les grottes et en prime une photo du calendrier 2010 : Didier en action

lundi 12 octobre 2009

sortie Blavet

Vers 11h, nous retrouvons Cristelle à Hennebont, une petite navette vers Port Louis, (Port Locmalo face à Gâvres), et nous voilà partis. Avec la descendante, ça va tout seul, on se balade parmi les épaves du cimetière de bateaux, pic nic au pont du Bonhomme puis descente de la rade de Lorient, visite de la bsm et de l'Espace Tabarly, on contourne ensuite la citadelle de Port Louis et vers 16h 30, on arrive au petit port de Port Locmalo à l'entrée de la petite mer de Gâvres. Un franc rayon de soleil nous y attend, ainsi qu'un robinet, un luxe qu'on ne pourra pas toujours offrir ! Une sortie sympa avec une meteo sympa et des équipiers sympa aussi !
9 personnes, 8 dans le camion, 19€ par tête

lundi 5 octobre 2009

CR WE Glenan 3 et 4 octobre

 
Bonjour à tous,

Sortie sportive, 4 participants, Cristelle, François, Jean-Pierre et Bernadette (R1), temps nuageux et doux.
Samedi départ à 8h 45 du club avec BBR après avoir chercher sans succès le Tarp du club, OU EST-IL?  2h 30 de route pour 212km. Départ à 12h 30 de la pointe de Trévignon, vent de SW force 3 bien établi, et un petit clapot de face, la visibilté est bonne on voit très bien Penfret. Une demie heure après le vent se renforce, devenant un bon 4 avec des vagues plus pointues. Il faut forcer sur le manche pour avancer. La progression est lente, nettement plus lente que prévue. Nous devions mettre deux heures pour les 6 miles de traversée et nous mettrons 3h 30 pour arriver sous Penfret. Après un petit arrêt à l'abri du vent, nous repartons à l'intérieur du lagon pour trouver notre bivouac. Le plus près est Bananec où TEV a déja campé. Le dernier mile est très pénible, avec toujours vent et clapot de face, les troupes sont fatiguées, il est 17h quand nous débarquons. L'île de Bananec est accueillante, avec un bon abri devant l'école de voile qui est fermée. Thé, tartines et montage des tentes. Ce bivouac est très confortable, sèchoir, toilette, tables pour manger dans la cour intérieure à l'abri du vent. Après le repas, nous partons pour le bourg de Saint Nicolas prendre un pot. Un seul des bars est ouvert, mais c'est soirée privée réservée pour un mariage. Le marié qui a déja bu quelques verres nous négocie l'entrée. Nous prenons donc un pot, bien au chaud dans une ambiance festive, avec même un feu d'artifice. Nuit ventée, le force 4 de SW agite nos toiles de tente jusqu'à 5h du matin.
Lever 8h30, départ 10h30. La météo à la VHF est plus clémente, vent inférieur à 3B secteur SW à SE, c'est très bien pour la traversée. Petit tour d'une heure dans l'archipel, tour de La Cigogne et de Penfret. Le crachin arrive et la visibilité devient très limitée. Quittons vers 11h30 l'île de Penfret pour rejoindre le continent. Cap à 42° pour la pointe de Trévignon avec visibilité nulle. Le GPS de François, allumé en permanance, nous est fort utile. Le continent apparaît au bout d'une heure, et l'on aperçoit nettement l'abri du canot de sauvetage du port de Trévignon. Le vent et la mer nous aident dans le bon sens, et nous progressons rapidement aujourd'hui. Arrivons à 13h 30 au port de Trévignon. Pique nique, chargement et retour sans problème, sommes à 17h30 au club.
Belle sortie sportive, nous nous souviendrons de la belle bavante de l'aller, surtout Cristelle. Bivouac très agréable sur Bananec. 424km en camion, 7h 30 de kayak, 38€/perso pour le transport et 8€ pour la bouffe.
A renouveller par beau temps, et sur 3 jours.
Bonne semaine à tous


Bernadett

lundi 21 septembre 2009

CR journée patrimoine dimanche après midi

Bonjour à tous,
L'après midi patrimoine à Tizé avec "le bout du plongeoir" s'est bien passée, beaucoup mieux que ce que j'espérais. Tous les bâtiments du manoir étaient ouvert au public, notre local aussi, et les visiteurs étaient invités à se promener dans le parc de Tizé et à venir sur l'eau pour une balade en canoë. Quatre canoës, empruntés à Acigné, étaient fins prêts dès 14h avec pagaies et gilets. Entre 14h et 15h30, PERSONNE.......Mais après, les canoës ont tourné presque sans arrêt jusqu'à 18h entre Tizé et le moulin en amont. Le canoë, piloté par un TEVien, transportait deux passagers qui s'essayaient à la pagaie. Nous avons fait découvrir notre patrimoine nautique à environ 35 personnes, de 4 à 84 ans, et de 15 à 150 kg (j'en rajoute un peu...) le public était ravi, il faisait beau, c'était sympathique. Etaient sur l'eau Patrick, Luc, Olivier et Bernadette, Jean-Pierre tenait l'accueil au club.  Pour terminer cette après midi de labeur, Marie Hélène est arrivée avec un super gateau BIO aux pommes, raisins, amendes, noisttes, citron vert farine complète et j'en passe, succulent, le tout arrosé d'un vieux nectar d'orange de sous les fagots, le pied!
On ne ferait peut être pas çà tous les we, mais cela a permis de faire quelque chose avec nos voisins et de nous faire connaître de quelques thoréfoléens, ça ne peut qu'être bénéfique pour le futur.
Un grand merci aux dévoués TEViens qui n'ont pas ménagé leur peine et leur temps.
Ci jointe une photo prise par Patrick.
A bientôt
Bernadett

dimanche 13 septembre 2009

Champion du MONDE + virée côte Nord

Pendant que Tony déchirait en Espagne, nous avons labouré la cote au large
de Trébeurden car il y avait trop de vent pour les 7 îles. Greg nous a
aimablement piloté dans son terrain de jeu.
Remontée vers Molène (la petite), passage du peigne (très tranquille) en se
faisant les bras contre le vent.
Pique nique sur Achangon, balade à pieds dans les anciennes carrières de
granit. Tour de l'île en kayak pour rejoindre Trébeurden avec vent et
courant dans le dos. Tour de l'île Milliau et retour. Altenance de sections
farniente ou musclées suivant l'exposition.bien agréables.

10 pagayeurs 24 euros.

Patrick

jeudi 23 juillet 2009

Croisère été 2009 : Guil, Ubaye, Verdon

Le 4 juillet, Départ du Tour de France et de la croisière Eté 2009
 
C'est au camping d'Aiguilles que nous avons débuté notre séjour après 12 heures de route. A notre arrivée, le Guil est grisatre et plein comme un oeuf !!!
Le niveau d'eau sur le Guil nous a permis de découvrir ou de redécouvrir le Haut Guil de Risolatas à Ville-Vielle avec comme point d'orgue la combe de Ville-Vielle  (et le rapide d'Aiguilles que notre pudeur nous obligent à oublier par respect pour un membre éminent de notre groupe).
 
Barnum Circus vers l'Ubaye
Après une échappée vers la Clarée et la Guisanne (ah la basse guisanne !!!!), nous avons déplacé le Barnum Circus sur l'Ubaye et le Camping du Rio Clar.Là aussi, nous trouvons une rivière bien chargée !!! Du coup, nous avons pratiqué le haut de l'Ubaye ,avec les gorges de St Paul et le trou de la présidente, et sur le Bachelard (une très bonne surprise). Si un jour vous passez par là , n'hésitez pas à remonter au dessus de St Paul sur Ubaye pour jeter un oeil sur le Pont du Chatelier.
 
Le Vendredon, c'est Verdi!!!!
Accompagné d'un guide (juju pours les intimes), Patrick ,Baptiste et  Marc ont descendu la rivière aux yeux verts : Le Verdon !!! Un grand moment et des images que l'on aimerait voir plus souvent . A faire Absolument dans une vie de kayakiste .
 
Guil, le Retour
Pour finir le séjour, nous sommes revenus à nos premiers amours à savoir la vallée du Guil dans le cadre d'un regroupement familial Ducouret. Le Guil avait baissé et l'eau avait repris ses couleurs de légende. et Hop on a descendu l'intégrale du Guil (Ville-Vielle , Maison du Roy) en 2 jours et des navettes à la TEV (je descends de là à là et toi tu embarques, pendant sur je descends le cam jusqu'à là où je re-rembarque pendant sur ...). A noter un passage des 3 marches très photogéniques (surtout pour Mich') et le tobogan de la combe de Chateau Queyras assez impressionnant.
 
Les photos sont en cours de regroupation et vous serez informé bientôt de leur mise en ligne.
 
Ont particpé à cette aventure : Jérome, Axel, François Point, Pierre, Christophe, Baptiste, Yves , France, François Parigot, Jean-Pierre, Bernadette, Patrick  et Bébert pour qui c'était la première croisière d'été !!!
 
Budget : 325 euros (Rennes-Rennes) pour un adulte consentant


 
 

lundi 29 juin 2009

sorties les Ehbiens le 27/06/09

14 Teviens étaient de sortie aujourd'hui aux Ehbiens: Isabelle, Sylvie et Jean, Cristelle et Alain, Cécile, François, Luc, Didier, Greg, Jean-Pierre, Isabelle, Pascal, et moa.
Chargement au club à 10h sous un petit grain, juste pour nous faire peur. 2 K2 mer et 10 kayaks.
Embarquement vers midi de la plage nord de Saint Briac, , tour de Ehbiens par le sud en profitant de la marée haute, puis pique nique sur la belle plage tranquille à l'Ouest, Bain délicieux dans une eau turquoise pour les courageux. Les restes de la fête disparaissent, filets mignons, pommes de terre, cake au lardons, gâteaux....Il fait un temps d'été, mais pas trop chaud. Nous repartons vers 14h30 en longeant les cailloux des Haches par un bon courant descendant puis l'île Agot, côté large. Les cormorans sont très nombreux, alignés à sécher sur le haut des rochers. Retour sur la plage vers 16h15.
Avons renconté au départ le groupe de Betton pour une sortie mer familiale, et deux solitaires dont Philippe Landren que Greg est allé saluer.
Très belle sortie par un temps d'été, mais pas trop chaud, avec un petit vent léger secteur Nord, mer belle. On ne se lasse pas du paysage de l'arrière des Ehbiens. Cécile était très heureuse d'en profiter avant le grand départ.
Les estivants étaient de sortie, les plages remplies, des bateaux à voile et à moteur s'en donnaient à coeur joie, ambiance très vacance.
Route de retour chaude et chargée. Rinçage des bateaux rafraîchissant. Adieux déchirants à notre Cécile.
10 € par personne. BBR + la Cashcaï de Didier, + Clio de Greg à l'aller qui nous quitte à Saint Briac pour un retour direct sur Lannion.
Je suis un peu cuite et pompée par le grand air. 
A bientôt pour de nouvelles aventures.
Bernadette 

dimanche 14 juin 2009

Compte rendu Glénan 14/15 Juin 2009

Dans le cadre des animations adultes du CRBCK, nous avions prévu d'aller à
Ouessant mais la houle en ayant décidé autrement nous nous sommes repliés
sur le Glénan.

CR Glénan 14/15 06 09

Sortie du port de Trévignon à 12h50.

Pétole, la glisse est exceptionnelle. Beaucoup de méduses et des
mulets sauteurs. Gilles fait le lapin duracell devant non pas excès
d'énergie mais pour trouver le calme loin des frères Gallen. Arrivée
à Bananec, reconnaissance du camping, Contournement de l'archipel par
le nord ouest. Séquence frisson dans les brisants. Pause à l'île du
Loc'h, bain de Patrick, sieste sur un sable blanc éclatant de soleil.

Route plein sud vers l'île Saint Nicolas, apéro sur la terrasse, vue sur
les viviers à homards qui ne tarderont pas à passer dans nos
assiettes. Gavage.

Se changer à la sortie du restaurant est un peu Bretagne tonique, nav
entre chien et loup. Arrivée sur notre spot envahi par une bande de
squatters en train de s'alcooliser. Montage des tentes dans le noir,
rhum vieux et dodo.

Samedi
Premier Réveil 5h19 par les cris des goélands qui se partagent les
reliefs des voileux du samedi soir. Lever 8h00, petit déjeuner
agrémenté de confitures innovantes de Gilles : orange/citrouille,
pomme/pêche.
Premier coup de pagaie 9h30, arrêt photo pour prendre Samuel en extase
devant Pen duic I. Visite de fort Cigogne, route vers Penfret, surf à
la pointe sud. Débarquement sur la plage est de Penfret, 45 minutes de
quartier libre : randonnée, snorkeling, freesbee, baignade, ramassage
de bois, collecte de coquillages. Repas dominical avec les produits du
jardin de Gilles. Pendant tout le repas Samuel tente et finit par
réussir à faire bouillir de l'eau avec son réchaud à bois pour le
thé. Il essuie des salves de conseils divergents, heureusement que
les patates de Gilles étaient déjà cuites.
Frécheau calcule le cap : 37.2 le midi.
Premier coup de pagaie pour la traversée à 13h30, nous progressons à
vive allure poussés par un vent 3/4 arrière force 2-3 bft. Nous
accrochons des petits surfs. Les 5.6 milles (11.2 km pour les ignares ?)
sont abattus en 1h45 ce qui est un bon chrono, le cap de frécheau
était parfait.
Débarquement à 15h15, chargement efficace, retour
club estimé à 18h15 pour les 7 participants : Patrick (R1), Gilles,
Erwan, Jildaz, Jean, Frécheau, Samuel.

Prix de revient 32 euros + restau

lundi 8 juin 2009

Vogalonga 2009

Voga Longa 2009-06-07

Les photos sont ici [http://picasaweb.google.com/tevives/Vogalonga2009]

Titillés par l’ami Patrick Jouan et par notre ancien CTR René Trégaro TEV rêvait depuis un certain temps de la Voga Longa, ce rassemblement de tout ce qui se déplace à la rame ou à la pagaie sur la lagune de Venise.

Mercredi 28 mai 7 Teviens motivés : Bénédicte, Isabelle, Cristèle, Claude, Luc, Daniel et François mirent le cap sur Venise à bord de Bébert. Route sans histoires jusqu’à Sallanches au pied du Mont Blanc et bivouac dans un petit camping.

Jeudi 29 Franchissement du tunnel du Mont Blanc, la gorge un peu serrée en pensant aux tonnes de roches qui se trouvaient au dessus de nos têtes et navigation sur les autoroutes italiennes truffées de camions. Installation au camping de Fusina sur le bord sud de la lagune au milieu d’une zone industrielle improbable le long d’un chenal fréquenté par de gigantesques porte-conteneurs. Le camping ressemble un peu au camping de Treignac avant l’arrivée des kayakistes.

Vendredi 30 après une nuit un peu bruyante, la troupe prend le vaporetto de 9h pour aller s’inscrire et se baguenaude jusqu’au au pont du Rialto pour payer son obole à l’organisation et récupérer dossards et T-shirts. Un café le long du grand canal nous tend les bras pour des espressos serrés et une séance carte postales. Béné trouve que les italiens ne mettent pas beaucoup de café dans les tasses. Grande balade dans Venise le nez au vent pour terminer place Saint Marc par une visite de la basilique avant de reprendre le vaporetto pour Fusina et de se régaler d’un plat de pâtes.

Samedi 31 lever tardif, préparation des bateaux, déjeuner de bonne heure puis embarquement vers Venise et flânerie dans les canaux de la Giudeccia avant d’affronter le trafic de la place Saint Marc et du Grand canal. Cristèle se fait des frayeurs quand un vaporetto fait tourner son hélice et la dépale de plusieurs mètres d’un coup. Nous laissons nos kayaks sur une pelouse prés du quai de Zattere comme beaucoup d’autres participants non sans nous être fait copieusement injurier par une Vénitienne qui pense que nous allons compisser ses zinias et nous reprenons le Vaporetto pour un plat de pâtes pré vogalonga.

Diamanche 1er Juin. Je suis réveillé vers 4h par une envie pressante et des bourrasques qui secouent ma guitoune. Un bon force 5 agite la lagune et le ciel bas et lourd ne présage rien de bon. Le biniou de l’école d’archi de Rennes sonne néanmoins la diane à 5h et après un petit déj aussi copieux que possible nous embarquons un peu inquiets sur le vaporetto de 7h où quelques bretons aux têtes chenues essaient de faire bonne figure. Malgré le temps peu engageant le grand canal se remplit de toutes sortes d’embarcations : gondoles à 4, Yoles, kayaks, canoes dépontés, barcasses improbables. Au coup de canon tout le monde démarre et pendant trois bonnes heures nous pagayons vaillamment avec le vent dans le pif. Cristèle comprend rapidement que si elle veut tenir, elle doit s’abriter derrière plus gros qu’elle. Les kilomètres défilent lentement au compteur de mon GPS mais le moral est bon et nous sentons que nous allons aller jusqu’au bout. Un bref arrêt pipi sur une petite île nous permet de nous requinquer et nous atteignons Burano et son clocher penché au nord de la lagune plus facilement que prévu. Nous changeons alors d’allure et c’est plein vent arrière que nous cavalons vers Murano. Quelques vagues nous lancent même dans des débuts de surf au grand dam de notre doyen qui est encore en délicatesse avec les subtilités du surf en Arktika. Quelques malheureux nageurs peuvent d’ailleurs témoigner de la traîtrise de la lagune (la presse annoncera d’ailleurs prés de 50 dessalages ce jour là, c’est peu sur 1500 embarcations et 6000 participants). Puis le grand final arriva avec la descente du Grand Canal de Venise libéré de son trafic motorisé pour quelques heures et la foule en délire nous lançant des vivas.

Plus d’un participant devait se prendre pour un doge. Après avoir récupéré notre médaille participative à la punta della Dogana nous reprîmes le chemin de Fusina à petits coups de pagaie. 37km dans la journée çà use ! Le mot d’ordre était : un bon risotto et au lit. Quelle journée magique.

Lundi 2 Pentecôte. Bénédicte s’étonne que les italiens soient aussi en congé ce lundi, elle ne pensait pas que c’était Pentecôte aussi pour les italiens. Qu’avait-elle donc fait pendant les cours de caté ? Les bons chrétiens de TEV en profitèrent pour se cultiver un peu et une escouade s’en fut visiter le musée Peggy Guggenheim http://www.touristie.com/italie/Fondation-Peggy-Guggenheim-7 . L’expo Rauschenberg laissa Cristèle un peu sceptique sur le bien-fondé de l’art moderne mais les collections permanentes étaient plus regardables. L’après-midi le groupe se dispersa un peu et pour ma part je fis une bonne partie du tour de Venise en vaporetto avant de me régaler d’une glace maousse et de repartir pour Fusina.

Mardi 3 Départ 8h pour la longue route du retour avec picnic le long de la Dora balté et arrêt shopping au vieux campeur à Sallanches. Soirée étape à Saint Vincent des prés dans la maison de Martine pour une entrecôte-party et quelques boissons revigorantes en provenance du Beaujolais tout proche.

Mercredi Départ 7h30 pour Rennes. L’ami Daniel est patraque et le corps médical s’interroge : crise de palu (y a des moustiques sur la lagune) ou bien attaque d’Abricotine du Valais (y a de quoi picoler chez Martine) ? On craint le pire et on espère surtout qu’il ne gerbera pas sur Neil Young le soir à Nantes. Arrivée au club vers 16h. Rangement etc…

Compte rendu François


dimanche 7 juin 2009

TR: Défi des courreaux 2009 - Opération de solidarité - 117 nageurs

Départ du club à 18H30.
3 participants : Christophe, Didier, Jean.
Arrivée 20H30 plage du Perello à Ploemeur, nous nous organisons avec les premiers arrivés sur la plage de départ (campement + picnique).
Levé 6H15 de nombreux kayakistes nous ont rejoint dans la nuit.
Un nageur et un dossard est affecté à chaque kayakiste, l'organisateur me remercie de notre inscription de secours tardive (11 défections au dernier moment d'un club)..
7h30 départ mass start vers Groix 6,5 km, léger emballement lors des 2 grains essuyés mais mer très calme, encadrement par les zodiacs CRS et pompiers.
8H30 arrivée à Port Tudy pour les 1ers, petit déjeuner offert par les îliens, prise de contact avec les nageurs, échanges des consignes et ravitaillements des nageurs.
9h45 départ du premier couple nageur-kayakiste, un départ toute les 20 secondes.
Chacun guide ou suit son nageur en discutant avec les copains. Nous nous sommes motivés et optimisons notre navigation pour notre nageur (courant qui nous dépale vers la gauche surtout en fin de navigation).
Technique : nous nous mettons à la droite du nageur (1,50 m)  légèrement devant. Nous laissons les premières bouées de balisage jaune à droite. C'est assez compliqué de maintenir son bateau en orientant le bateau pour donner le cap au nageur. A mi-course ravitaillement du nageur.
Les temps s'étalent entre 1H45 et 2H 45 (record 1H26).
Accueil par la foule à l'arrivée, petite collation de récupération puis apéro.
L'après midi, nous reprenons la mer pour une petite virée à la pointe du talus, la mer a fortement forci -> beau surf arrière au retour.
18H00, bilan et discours  (17 000 euros récupérés pour les autistes ) avec remise des photos et trophées.
Arrivée club à 20H05.
Une très bonne journée et une bonne action, l'esprit entre tous les participants est vraiment sympa -> à renouveler.
 
 
PJ : une photo dédicacée pour François ... ma nageuse (2ème féminine, ex vainqueur du triathlon de Rennes)
 
J Couderc dit le veinard !!
 

L'acenscion de belle ile 2009

Mercredi 20 mai,

 

RV 20h00 au club, chargement express, arrivée chez Cloclo à Port Hal
 iguen à 22h50 (10 minutes d'avance). L'appart loge tout le monde sans
 problème, Yves Abel choisit la belle étoile avec France sur le balcon,

 Jean prend place sur le palier, Frécheau veille dans le camion

 toute la nuit.

 

Jeudi 21 mai

 Lever 6h00, Claude a géré le stockage de la remorque dans le club nautique
 proche. Départ 8h00, 9 K1 et 1 K2, clapot 3/4 arrière, nous 
 arrivons à Houat à 11h00. Petit break de 3h00 le temps de visiter le  
 centre bourg, manger, faire une sieste pour attendre les courants de
  la descendante. Etonnante rencontre sur la plage d'Er York avec Samuel et sa
  famille en virée voilier.

 Route vers l'ile au Chevaux à 14h30, brise côtière force 3 qui nous  
 dépale légèrement à l'est de notre route idéale. Arrivée à  
 18h00 à Port Andro, rencontre du club de Saint-Grégoire avec Yves Lallement qui

 débarque avec nous. On retrouve un ancien TEV, Vincent Lopez en rando
 pédestre. Le camping de Port Andro de Locmaria est accueillant avec
 uniquement Vincent et nos 2 groupes de kayakistes.

 Apéro avec Saint-Greg, repas aux lentilles, balade au crépuscule sur
 le chemin côtier.

 

Vendredi 22 mai

 

Lever 7h00, premier coup de pagaie 8h45 de Port Andro, grand beau  
temps, petite brise côtière de nord-est. 2 sirènes jaillissent de  
l'eau et nous offrent des araignées, nous ramassons des pousse-pieds,  
les falaises sont magnifiques, les conditions de navigations sont  
parfaites, temps de curé : mer plate, petit vent portant, ciel d'azur.  
Pic nic à Port Kerel, première jonction avec les 4 piétonnes.
Nous nous délectons dans les labyrinthes de Goulphar, les grottes  
nombreuses et le slalom dans les Aiguilles de Port Cotton, photo de  
famille pour le calendrier.

Bain de jouvence pour le doyen dans un couloir rebelle. Pause sur la  
plage de Port Donnant. Visite de la grotte de l'Apothicairerie  
impressionnante et accueillante aujourd'hui.
Nous sommes tous contents de rentrer dans l'anse de Ster Vraz après 8  
heures de bateau.

Erwan fait faire un tour à sa fille, le campement est installé sur  
son terrain de famille. Repas de nouilles au thon préparé par François.
Le soir, balade sur la falaise, le soleil couchant nous offre le fameux rayon vert

 

Samedi 23 mai

 

Après une nuit réparatrice, petit déjeuner roboratif et convivial, amélioré d'un pain frais remarquable en provenance de Sauzon. Nous plions le camp avant la pluie, qui nous accompagne dans nos premiers coups de pagaie à 10h30.

 

Slalom dans les couloirs étroits, chicanes jusqu'à la maison de Sarah B. Nous sommes à l'étale de basse mer, la mer est plate et, sous un ciel chargé, nous passons les Poulains sans difficulté. Nous ratons le rendez-vous avec les chasseurs d'araignées qui préparent notre repas du soir, visite des criques fortifiées de Bordery et Deuborh sous une pluie fine, puis nous virons la tourelle du Cardinal avant d'entrer dans le port de Sauzon.

 

 Pic-nic très arrosé (de pluie) sous la jetée du port, rencontre avec Luc Vincent qui quitte Sauzon avec son groupe. Y a du monde en kayak à Belle Ile en ce week-end de l'Ascension !

Hervé le frère d'Erwan assure la navette des bagages jusqu'au camping de Pen Prad. Sous le soleil revenu, on installe le camp.

Douche, sieste, quartier libre, café sur la terrasse de la crêperie, balade à la pointe du Cardinal et bière au Tilleul.

 

A 19h00, on se transporte chez Marianig avec au menu apéro champagne, araignées, chili con carne très arrosé (de Saumur), fromage et far breton.

Les chasseurs d'araignées nous rejoignent pour le digestif.





Dimanche 24

 

Lever vers 8h00, Frecho est prêt le premier exceptionnellement.  
Cours de lecture de carte, de balisage et petite formation  
continue sur l'utilisation du rapporteur breton.
Le taxi arrive à l'heure pour prendre en charge le matos jusqu'à  
l'avant-port, la Modus est chargée à block.
Pic-nic arrosé (avec "modération") sur la jetée, on mange les restes  
dans des conditions agréables.
Premier coup de pagaie à 12h20, la mer est d'huile, la visibilité  
limitée et la glisse exceptionnelle, la pétole très molle. Nous  
pagayons avec "modération",  le courant de jusant nous pousse à  
l'ouest, et le flot nous ramène gentiment vers la pointe du Conguel.
Des bruits de moteurs et des surgissements de cargo vert nous  
inquiètent quelque peu (même si l'on a la priorité). Débarquement  
à 15h20 après 3 heures de navigation et 18,8 km. Picolacion fresca et  
petits amuse-gueule offerts très gentiment par Jacqueline. La prochaine  
fois nous demanderons à France de nous faire une aubade au violon pour  
accompagner notre arrivée.
Déchargement des bateaux, et chargement rapide de la remorque, « motor » à 16h10, petits  
embouteillages entre gentlemen.

Bison futé nous est moins propice qu' Eole. Vers 19 h au club.

Ont participé à cette sortie : Patrick (R1), Erwan régional de l'étape, Luc, Frédo, Jean-Pierre, Jean, Cristelle et son compagnon de K2 Yves, François, Claude et Grégoire. Accompagnatrices : Jacqueline , France Abel, Monique, Béné, Isabelle et son invitée Ariana.

 

rédacteurs : Erwan, Jean-Pierre, Patrick

 

Erwan, Jean-Pierre, Patrick, Yves


>
>
>
--~--~---------~--~----~------------~-------~--~----~
Vous avez reçu ce message, car vous êtes abonné au groupe Groupe "tevives" de Google Groupes.
 Pour transmettre des messages à ce groupe, envoyez un e-mail à
l'adresse listetev@googlegroups.com
 Pour résilier votre abonnement à ce groupe, envoyez un e-mail à
l'adresse listetev+unsubscribe@googlegroups.com
 Pour afficher d'autres options, visitez ce groupe à l'adresse http://groups.google.fr/group/listetev?hl=fr

-~----------~----~----~----~------~----~------~--~---

jeudi 2 avril 2009

TOPO Guide du léguer par Mich

Et au milieu de la forêt, coulait une rivière...

Cette rivière se nomme Le Léguer. Une petite rivière qui jusqu'à présent s'était faite tellement discrète que personne n'imaginait qu'elle se descendait jusqu'au jour où...

Jusqu'au jour où je traverse en VTT la forêt de Coat an Noz et de Coat an Nay sur les communes de Belle-Isle-en-Terre, de Plougonver et de Gurunhuel dans les Côtes d'Armor.

En été je longe une partie de cette rivière et, en tant que bon kayakiste, je m'imagine tout de suite ce que cela peut donner avec de l'eau en hiver.

L'automne venant avec ses nombreuses pluies, ma curiosité s'intensifie, me voilà en train de décortiquer la carte IGN pour savoir où embarquer et où débarquer, je calcule le % et là, la surprise est de taille surtout en Bretagne : 0,9% de pente sur une portion de 7 kms puis 1,5km avec moins de pente jusqu'à Belle-Isle-en-Terre.

Le petit repérage à pied étant fait au début et à la fin de la portion car au milieu il aurait fallu 2 journées de marche en pleine forêt, le constat est positif : c'est navigable et les arbres ont l'air dégagés. Il ne me reste plus qu'à trouver une petite équipe commando pour descendre cette rivière inconnue en tout cas pour ma génération!

La date est choisie et le commando aussi : François Potin, Gildas Miossec, Claude Le Moal et moi même.

Nous voilà partis en sachant que le niveau d'eau à Lannion est très correct, çà doit le faire!

Nous décidons de descendre jusqu'à Belle-Isle-en-Terre (embarquement du Haut Léguer et la jonction avec Le Guic) en sachant que le dernier 1 km 500 est moins intéressant mais le parking pour les véhicules est plus pratique car il existe très peu d'endroits pour se garer sur la D22 quand on remonte le bas du Léguer.

Nous remontons à l'embarquement choisi, c'est à dire sur la D54 entre Gurunhuel et Plougonver au lieu-dit Moulin de Trobodec.

Attention, il n'y a pas de panneau mais vous ne pouvez pas louper la rivière, c'est le seul pont sur cette route.

Nous voilà partis pour environ 9 kms de descente et nous avons tous ce sentiment que tout kayakiste ressent quand il descend pour la première fois une rivière qu’il ne connait pas. On sait que l'on ne s'engage pas dans du classe 5 mais que va t'on découvrir?

Le premier kilomètre part dans les prairies et les zones humides. Dès le départ, il faut passer sous des poutres posées sur des piliers d'un ancien pont, les berges sont dégagées et la rivière descend tranquillement. Des petites veines d'eau se succèdent, un endroit où la rivière se sépare en deux, je prends à gauche, François à droite et c'est à droite qu'il fallait prendre !

Au deuxième kilomètre, nous entamons la partie qui part dans la forêt, là c'est l'inconnu. Nous nous engageons dans une partie plus sombre malgré la percée de quelques rayons de soleil à travers la végétation de plus en plus dense dans la forêt de Coat an Nay.

La rivière est bien dégagée mais les coups de vents automnaux ont eu raison de certains arbres en bordure de rivière. Pour la plupart on passe dessus sans problème...

...et pour d'autres nous devons utiliser tout notre savoir-faire!

C'est une classique mais avec des jeunes ou des kayakistes qui débutent, il faut débarquer!

Par la suite, plus nous progressons et plus le parcours devient ludique avec de beaux petits passages dans un paysage dédié aux Trolls et aux Elfes dixit Fanch.

La rivière ne s'arrête jamais, ce sont

des petits rapides qui s'enchaînent au fur

et à mesure de la descente.

Fanch entame le troisième kilomètre après une passerelle en bois. A cet endroit nous sommes au cœur de la forêt. On aurait pas craché sur un 15cms d'eau en plus, c'était je pense le niveau idéal pour cette descente où, par endroit, çà grattait un peu, mais pour découvrir ce n'était pas plus mal car les contres ne sont pas nombreux, la rivière ne s'arrête jamais et on tombe sur des petites surprises tel qu'un pont trop bas comme sur cette photo :

Avec 15 cm d'eau, le débarquement

devient obligatoire sur une partie en

amont où les contres se font très rares,

il faut être très observateur et vif pour

s'adapter le plus vite possible.

La rivière continue sa descente sur le même rythme, c'est toujours aussi plaisant et agréable à naviguer puis au quatrième kilomètre la rivière ralentit et un bruit d'eau plus soutenu se fait entendre: en Bretagne on pense tout de suite à un barrage.

En effet nous arrivons à la pisciculture, le seuil se franchit juste à droite de la passe à poisson, ailleurs çà ne passe pas et surtout il ne faut pas s'engager dans le canal de dérivation qui part à la pisciculture.

Le seul problème, c'est une grosse branche après le seuil qui bloque le passage, Fanch réussit à passer dessus mais la fait pivoter. Je m'engage dans le seuil mais je ne réussis pas à passer dessus et je me fais un coincement entre la branche et le seuil. Il faut réagir tout de suite surtout que le petit rappel commence à m'attirer mais je sais que mes collègues vont vite réagir.

Je me mets en appui sur la branche et Fanch a déjà débarqué sur la passe à poisson pour me tendre la pagaie et m'aider à passer par dessus la branche.

C'est l'avantage de descendre avec de fins techniciens et des collègues formés à la sécurité!

Par mesure de précaution nous avons ensuite enlevé la branche avec des cordes car nous avions évidemment apporté avec nous tout le matériel de sécurité nécessaire pour une descente de rivière : le kayak adapté (plutôt court), une tenue chaude, le gilet de sécurité, une corde, un couteau, des bouts, mousquetons et une trousse de secours.

Il ne faut jamais oublier ce type de matériel même si on descend une rivière de classe 2 et surtout si on ne la connait pas car on peut avoir des surprises comme ce bel arbre en travers...

...où nous avons évidemment débarqué après un arrêt dans un tout petit contre en amont. Ce tronc se trouve après la pisciculture, qui est une partie très encombrée où Gildas a eu un petit stress sur une autre branche.

Nous continuons à descendre au fil de l'eau pendant 500 mètres après le seuil et la végétation commence à s'éclaircir. Nous arrivons au moulin de Ponchou Léguer où nous restons jouer dans une petite veine d'eau juste en dessus de ce magnifique bâtiment restauré où les propriétaires qui, après quelques secondes d'étonnement de voir apparaître des kayakistes dans leur havre de paix, nous saluent chaleureusement et nous restons encore plus motivés pour poursuivre notre route.

Je n'ai pas pris de photos car je voulais respecter leur propriété qui aspire surtout à la tranquillité et ne veut surtout pas être dévoilée aux passants.

C'est à vous de découvrir tout ceci en descendant cette rivière.

Ensuite au sixième kilomètre, après avoir longé la D22, nous arrivons au moulin du Loc'h Du où il faut prendre le bras de gauche. Nous arrivons au vieux pont en pierre où la partie intéressante prend fin.

Nous avions décidé de continuer jusqu'à Belle-Isle-en-Terre car à ce moment de la descente il reste un peu moins de 2 kms. Nous suivons la route à droite puis nous arrivons dans une ferme avec un pont très bas, notre très grande souplesse nous permet de passer mais avec un peu plus d'eau, il faut débarquer dans la prairie rive gauche et embarquer 200 m plus bas (c'est un portage facile et rapide). Après un barrage un peu effondré nous arrivons au pont de la station de pompage de Belle-Isle-en-Terre où nous trouvons une échelle, elle marque 0,6m : c'est donc le niveau minimum pour faire cette portion et à mon avis 0,9 est le maximum, au delà çà devient dangereux avec les branches.

La civilisation se fait sentir, nous passons sous le pont de la D712 où vient d'être aménagé un balcon pour permettre à la loutre de migrer vers l'amont de la rivière, puis nous passons devant le château de Lady Mond qui accueille maintenant le centre d'initiation à la rivière (très compétent si vous voulez former vos jeunes et moins jeunes à l'environnement).

Nous traversons Belle-Isle-en-Terre qui se trouve coincée entre le Guic et le Guer, vous aurez donc deviné d'où vient son nom et nous débarquons au collège et terrain de foot en rive droite au niveau de la passerelle du Shopi.

C'est là l'embarquement du Haut Léguer mais c'est une autre histoire...

Nous avons été agréablement surpris par cette petite rivière qui descend dans un milieu sauvage. Il faut également souligner que la classification en Natura 2000 (bassin versant du Léguer et zone de la loutre) permet par le biais de "La vallée du Léguer" et également des pêcheurs d'entretenir ce type de rivière qui n'était pas auparavant navigable.

Je remercie ces acteurs et à nous kayakistes de participer aussi à la préservation de ces sites en respectant les propriétés, la faune et la flore.

La curiosité, la nouveauté et l'adaptation sont toujours récompensées chez un kayakiste !

Michel Lanchec

Descriptif : Topo Guide « Le Guer » Rivière des Côtes d’Armor

1- Distance de navigation: un peu moins de 9 kms en classe 2.

2- Situation géographique: Ouest du département (proche des limites du Finistère). Embarquement : au sud-est de Belle Isle en Terre, sous le pont de la D54 entre Gurunhuel et Plongonver. Débarquement : se fait à Belle Isle en Terre en rive droite juste avant le terrain de foot.

3- Présentation: une rivière en pleine nature et traversant pour ces 3/4 la forêt.

4- Physionomie: c'est de la classe 2 soutenu pendant les 7 premiers kms puis du 1(2) jusqu'à Belle Isle en Terre. Le Guer est un affluent du Léguer.

5- Paysage: des prairies, de la forêt et quelques moulins. Vous êtes dans le bocage breton vallonné, la navette par Gurunhuel vous donne un bon descriptif du paysage local.

6- Pente: 0,9% dans les 7 premiers kms (pas mal pour la Bretagne).

7- Isolement: une fois partis dans la forêt, la première route sera au moins à 3 kms et en plus vous n'êtes pas sûrs de rencontrer quelqu'un

8- Logistique: laisser le véhicule au terrain de foot de Belle Isle (c'est le plus pratique)et la navette se fait par Gurunhuel ou si vous avez un chauffeur il peut vous attendre à la fin des 7 kms (vieux pont en pierre sur la D22).

9- Durée: il faut compter 2 heures 15 pour les 9 kms.

10- Au fil de l'eau: des prairies, de la forêt, encore de la forêt et des prairies.

11- Risques particuliers: attention aux arbres et aux ponts trop bas

12- Le niveau d'eau: minimum 0,6 et maximum 0,9 à l'échelle de la station de pompage de Belle Isle

13- Alternatives: s’il y a trop ou pas assez d'eau, vous avez 40 kms de rivière qui suit avec le Léguer.

14- La première descente: le 27 novembre 2009

15- Les contacts pour des renseignements sur la rivière: la base nautique municipale de Lannion (Mich ou Gildas) au 02 96 37 43 90, Claude Le Moal au club de la Roche Derrien au 02 96 91 51 48

Auteurs : Michel Lanchec, Gildas Miossec, Fanch Potin & Claude Le Moal

lundi 23 mars 2009

Sein Mars 2009

Sein  564 km 39€ de transport+ 10,50 de repas + restau 21 et 22 03 09

 

RV Club 6 h 45 départ 7 h  arrivée 10 h 30 à la cale de Bestrée, jonction avec Kraken et Dinan.

La cale est pittoresque mais très pentue. Il faut prévoir du temps pour descendre le matos.

Premier coup de pagaie 12 h 20. Sont présents Patrick Chauvel (TEV) R1, Samuel Coupey (TEV), Greg Ducouret (TEV), Jean Couderc (TEV), Olivier Faguet, (Kraken), Eric Péan (Dinan), Philippe Landrein. Les conditions de marée (33) et de vent E (2/3) sont idéales.

L'idée est de faire le maximum de la traversée dans la configuration 1 h avant PM de la carte de courants. Nous pagayons tranquillement jusqu'à 13 h 30 au 240 pour ne pas trop dériver vers le Nord puis à 13 h nous passons au 270 avec moins d'un nœud de courant dans le nez et un vent 2/3 dans le dos.

Nous trouvons un courant plus fort et une houle de 1m de S/E aux alentours du pont du chat pour animer notre navigation. Arrivée pointe E un peu avant 14 h. Tour de l'île par le S avec moult surfs  et un phoque qui nous suit.

Nous contournons la pointe O et trouvons vers le phare une naïade qui nous conseille d'aller bivouaquer au terrain de foot. Débarquement au port vers 16 h.

Pause boisson diététique de l'effort « Chez Christine qui nous conseille de laisser nos kayaks dans le recoin E du quai.

Montage du camp dans le parc à bateaux. Balade dans le village et vers le phare. Repas aussi culturel que gastronomique puisque entre deux bouchées de ragoût de homard et de lieu jaune Jean nous initie aux joies de la métonymie. Ex le charmant oiseau qui s'appelle la Huppe doit son nom à son cri « houp, houp », sa houppe de plume doit son nom à l'oiseau qui doit son nom au cri « houp, houp »= double métonymie (si vous n'avez pas tout compris demandez à Jean).

Samuel, notre scientifique nous explique le mécanisme de l'osmose inversée qui permet de dessaler  l'eau de mer pour alimenter Sein (on n'a pas tout compris non plus).

Retour avec arrêt « chez Christine ».

Dimanche matin, balade vers Kélourou ou  bistrot ou messe. RV 11 30 pour un parmentier du pauvre (recette de Samuel)

Premier coup de pagaie 12 h 55 (10 mn de retard). Coeff 47 L'idée est encore de faire le maximum de la traversée dans la configuration 1 h avant PM de la carte de courants avec cette fois-ci le courant dans le dos. Le vent est toujours 2/3 N N/E. Nous pagayons 500m  au 60 puis au 90 puis à 13 h30 au 110 pour une arrivée tranquille à 14 h45. Le débarquement à la cale est beaucoup plus risqué que la traversée.

Pause boisson diététique de l'effort, remontée sportive du matos, comptes, adieux, départ 16 h. arrivée club 19 h 30, maison 20 h.

 

Super sortie à  refaire dans les mêmes conditions avec peut-être un embarquement plus S sur une plage dont j'ai oublié le nom.

 

Patrick

 

 



 
 

lundi 2 mars 2009

Sortie de d'hier après-midi.

Sortie de d'hier après-midi.
Rdv au club à 13h, départ à 13h15.
Bébert et une voiture.
Embarquent à Port Picain : Jean-Pierre, Bernadette, Patrick C., Didier,
Christelle, Daniel, Cécile et moi (il y avait aussi Isabelle et Bénédicte
qui ont manipé, marché et avait amené chacune un gâteau).
Olivier Du Kayak (selon Daniel M.) n'était pas là parce qu'il avait du r...
enfin il ne pouvait pas venir.
Il y avait BM de 88 à Saint Malo à 16h30 environ, force 2 à 4 d'W et 10°C.
Il fallait identifier un R1 alors ils ont dit que c'était moi.
Direction l'île des landes que nous avons longée et contournée par l'E.
Sur cette île, à l'Est de la pointe du Grouin, la construction d'un fort fut
commencée en 1794, c'était le dernier des forts Vauban, il ne fut jamais
terminé. Depuis 1961, l'île des Landes est une réserve ornithologique. On
peut y admirer, le grand cormoran, le cormoran huppé, des goélands, des
sternes, des couples de tadorne de Belon, des huîtriers pie, etc...
De la pointe du Grouin, la vue par temps clair s'étend sur le cap Fréhel,
Saint-Malo, les îles Chaussey, le Mont-Saint-Michel et la côte Normande.
Même si hier la lumière était belle, la visibilité (je vous laisse apprécier
la nuance) n'était pas terrible et nous nous sommes contentés de souligner
la différence entre le grand cormoran (que l'on voit fréquemment en Rance,
qui est d'un commun...)
http://www.oiseaux.net/oiseaux/grand.cormoran.html
et le cormoran huppé (plus stylé je trouve et plus rare SVP)
http://www.oiseaux.net/oiseaux/cormoran.huppe.html
qui a une...
?
?
?
?
?
?
?
?
?
huppe bravo ! aussi une tache jaune à la base du bec et que l'on rencontre
surtout sur les côtes rocheuses.
Après l'île des Landes, nous avons repiqué sur la pointe du Grouin puis
direction Pointe du Meinga (léger courant portant de fin de jusant et léger
vent de face).
Nous chopons le courant de face et un peu plus de vent au niveau de la
pointe du Meinga qui se passe avec quelques mouvements d'eau mais sans
problème. Passé la pointe, la mer est plus calme. Nous passons à une
cinquantaine de mètres d'un rocher. Patrick devait être lui à une vingtaine
de mètres lorsqu'une grosse mousse l'a pris par le travers. Nous l'avons vu
s'appuyer vigoureusement dessus alors que la vague le poussait en crabe vers
le rocher, puis disparaitre un instant à notre vue (tandis que la vague
déferlait sur le rocher)... avant de réapparaitre A L'ENDROIT (ouf), bateau
en travers du caillou (à mi-pente environ) et Patrick toujours dedans
(heureusement que ce n'est pas arrivé au premier pagayeur venu). C'est la
descente du roc couvert de berniques que le bateau COUREUR D'EAUX VIVES n'a
pas apprécié : petites voies d'eau mais gros dégâts.
Débarquement tout proche sur la plage de la Guimorais.
Debriefing à base de clafoutis pomme/raisins secs et moelleux au chocolat où
Jean-Pierre nous apprend que la patelle revient toujours à la même place. Je
cite Jean-Pierre Ducouret 2009 : "Aussi appelée flie, patelle, arapède ou
chapeau chinois, la bernique ou bernicle tient son nom commun du casque des
Gaulois, le brenn. Son nom scientifique est Patella vulgata et Patella
athletica. La bernique est un mollusque gastéropode présent dans la
quasi-totalités des mers normalement salées du globe. Le mouvement des
marées alternant le flot et le jusant lui est necessaire. Elle peuple ainsi
une bande côtière de façon importante puisqu'il est normal de trouver 100 à
150 mollusques au m². La bernique a une coquille non enroulée bien conique
et pointue. Lorsque la marée est haute, elle se déplace par reptation sur
les rochers pour brouter les jeunes pousses d'algues et revient toujours se
fixer au même endroit de son rocher au moyen d'un pied-ventouse à la force
phénoménale."(fin de ci
tation)
Nous échangeons également nos connaissances sur la reproduction de la moule
http://www.huitres-normandie.com/coqelev/49437.html
où nous apprenons que "les larves de moules se déplacent à l'aide de leur
expansion ciliée vibratile" ; celle-là t'inquiète je vais la replacer dans
mes prochains diners en ville.

A bientôt sur l'eau.
Sam

PS : un dernier lien pour Patrick ;-)
http://www.polyform.fr/

Liste de diffusion de thorigné eaux vives
Pour se désinscrire : mailto:tevives-request@ml.free.fr?subject=unsubscribe

Scéance au bassin du 1er Mars

Le Samedi 1er mars nous avions une scéance au bassin d'eaux vives de Cesson. Jean-Pierre a profité du soleil pour nous faire de belles photos.
 
 


 
 

dimanche 22 février 2009

sortie mer saint malo 22/02/09

Bonjour à tous les TEViens,
Sortie mer du dimanche 22 Février en baie de Saint Malo. 7 participants : Bénédicte, Marie, Bernadette, Claude,Didier, Jean-Pierre, Christophe.
RV au club à 13h, départ de la cale des sablons par un temps bouché par le crachin et un bon petit vent de NO et marée montante. Le parcours prévu était de rejoindre la pointe du Décollé contre vent et courant et de rentrer par derrière Cézembre avec le vent et le courant. La météo a changé nos plans car après la pointe de Saint Enogat, le vent et la mer se sont renforcés, un bon 4 pour le vent et un clapot assez remuant. Nous progressons lentement vers notre but et décidons de nous rapprocher de la côte sous la pointe de Bellefard pour s'abriter de la mer. Finalement, vu l'heure, Bellefard sera notre point ultime. Retour plus facile vers saint Malo. Croisons un groupe de 6 kayakistes de REV devant St Enogat. Au bilan 2h30 de kayak assez musclé et un bon bol d'air marin. Sur la cale à l'arrivée, Béné est "nase", heureusement Claude, tel un Saint Bernard, arrive avec sa gourde de thé chaud au rhum, et notre Béné reprend vie et couleur.
Arrivée au club à 18h30.
153km, 9€/personne. solde pour le camion 63€ + 2€ de rab car certains n'avaient pas la monnaie.
De manière générale, payez votre sortie par chèque plutôt qu'en liquide, la monnaie est toujours un problème.
Bonne semaine à tous
La R1, Bernadette

dimanche 1 février 2009

Moyen Ellé

A 12h30, au pont de Loge Coucou, nous sommes 6 à embarquer pour une descente sympa, mais fraîche, du moyen Ellé, niveau 135 à l'échelle. Marco manipe. Nous le retrouvons au départ des Roches, très belles à ce niveau. Refus d'obstacle de Bernadette. Beau dessalage de Christophe qui fait presque tout à la nage, un esquimo de Thierry. Rebelote 3 fois en tout, 5 fois pour Marco ; quelques figures de Jérôme et un deuxième bain pour le même acteur. Le club de Saint-Grégoire a délégué son équipe "loisir". A 15 h, fin de la partie, retour à Thorigné à 18h.Juste à temps pour LE MATCH

7 personnes : Jean-Pierre, Bernadette, Marco, Jérôme, Christophe, Thierry, Erwan. 400k, 23€, 148€ de recettes dont 69 dans le réservoir.
Temps : grand beau, froid et ventu.

A bientôt et bonnes vacances
Jean-Pierre

ps : Erwan nous fait suivre qques images

lundi 26 janvier 2009

hop hop Hop : le 25/01/09


"Il pleuvait fort sur la grand route"(air connu)... et Bébert roulait vers le Haut Ellé. Les champs et les ruisseaux étaient gorgés d'eau, présage d'une belle journée pour un Tevien. Arrivée à Barrégant pour les 11 Teviens et jonction avec

l' ami Alain et congratulations avec les nombreux autres pagayeurs présents. L'Ellé est à 100 et seules 6 fines pagaies s'élancent pour un run d'enfer. çà va vite et JP dans sa barcasse de 4m s'emploie à fond. On se régale mais on trouve le parcours trop chaud pour notre féminine et nos jeunes ainsi que notre doyen.



Deuxième descente pour 5 fines pagaies et un passage folklo de Patrick à Barrégant puis casse croûte express sous le hayon de Bébert avant que les Hop Hop Hop du R1 n'entraînent la troupe sur un moyen Ellé en furie. le niveau est tellement énorme que certains passages sont nivelés. Seules trois fines lames s'attaquent aux Roches. Passage impeccable d'Alain par la passe de gauche et duo comique de Patrick et Marc qui voulaient tenter la passe de droite et se sont fait ramener manu militari à gauche par les mouvements d'eau. Personne n'est tenté par un second passage. Les hurlements du R1 gueulant que la compét du Scorff était terminée et qu'on pouvait se payer un troisième parcours ramènent tout le monde au camion et on s'entasse mouillés (merci les sièges en skai) dans le camion jusqu'à Loge coucou pour remonter les chauffeurs et JP nous trimballe à Pont Calleck. 10 Teviens déchainés enquillent un Scorff de folie avec même un petit rayon de soleil et à 17h l'équipe hilare reprend le chemin de Thorigné.

Signe d'une journée d'exception Thomas Poirier et l'ami Mickey sont rencontrés errant à la recherche de l'embarquement du Haut-Ellé : « on s'est tellement fait trimballer à l'arrière du camion que l'on n'a jamais fait attention aux itinéraires d'embarquement » nous dira notre potard aux petites lunettes rondes, on espère qu'il est plus attentif aux médocs qu'il refile à ses clients.


Les photos de la sorties sont disponibles sous notre album photo


Les participants à cette glorieuse Journée : Cristelle, Jérôme, Axel, Claude, Dominique, Frécho, Alain, Marco, Patrick, Jean Pierre, Baptiste, François.

Les rivières : 2 Haut Ellé à 100, 1 moyen Ellé, 1 Scorff.

La route : 450 Km pour Bébert 25€/personne. Bilan après remboursement de la Prius de Cristelle et essence pour Bébert 95€ pour le club

R1 et CR François , musique Georges Brassens.

A dimanche prochain, il y aura encore de l'eau !